Wähäjärvi a amené la Route de la Soie, à Riihimäki

Traduit de l´article de Tuulia Viitanen (”Wähäjärvi toi silkkitien Riihimaelle”)

 

-Au musée de Riihimäki, on trouve en stock un vase dédié aux offrandes,

vieux de 3000 ans.

-Il y a près de 200 oeuvres chinoises qui sont examinées.

Gui, rituaalinen ruoka-astia, pronssi, mahdollisesti Zhou-dynastia, 900-800-luku e.a.a., Kiina

Vase d´offrandes mortuaire, vieux de 3000 ans

(de la collection de Wähäjärvi).

 

Plus de 200 objets chinois sont en réserve au musée d´art de Riihimäki, et attendent le bon moment pour être montrés au grand public. L´art bouddhiste de l´Asie du sud s´est familiarisé avec l´historienne de l´art, Irene Wai Lwin, qui a examiné la matière de chaque objet pour étudier leur histoire.

La collection du commercant d´oeuvres antiques, Pentti Wähäjärven (1912-1999) a attéri au musée de Riihimäki en 1990. Tout d´abord, cela a commencé avec quelques tableaux, puis ont suivi différents objets de sa collection:

”-Les oeuvres chinoises ont eu un nom, mais plusieurs d´entre eux n´étaient pas connu du musée”, raconte Tanja Pääskynen.

Wähäjärvi a acheté ces objets à Pâques, lors d´une vente aux enchères suédoises. L´une de ses plus belles statues, est un vieil homme et sous la main est écrit: ”Il ne faut jamais changer l´argent”. De plus, il est écrit que cela a été acheté à Bukow, ce qui veut certainement dire Bukowskia.

Irene Wai Lwin Moe et son assistante Tanja Pääskynen, envisagent de rassembler les plus précieux objets inconnus du public de sa collection :

”-Dans ses choix, l´esthétique a certainement eu plus de poids que l´âge ou l´origine. Il s´est sûrement douté que certains seraient précieux.”

Parmi tous ces objets, on a trouvé des surprises. La plus grande d´entre elles, est un vieux vase à offrandes de 3000 ans. Ce vase de bronze était à l´époque, mis dans une tombe remplie de nourriture, comme du riz par exemple:

”-Celà a certainement été acheté par hasard. Le vase d´offrandes était disposé dans les tombes de gens très riches.”

Pour comparer Wai Lwin Moe montre un vase moitié plus jeune, qui est une imitation de celui de 3000 ans.

De plus, les sculptures tombales ont été des trouvailles étonnantes. Elles datent de l´époque Tang, de l´année 600-900. En Chine, on a encore l´habitude de créer des figures d´animaux, pour accompagner le mort dans sa tombe. On en faisait avant, de bronze ou de céramique.

De nos jours, on entère avec le mort un objet en papier qu´on brûle:

”- Avec Bouddha on a plus d´argent , puisqu´il se fragmentise”, dit en riant Wai Lwin Moe.

On voit l´idée dans la collection de Wähäjärvi. La statue de Bhodisattva Guany en bois, est l´une des huits immortelles de la dynastie Tao. La tête est enlevée d´une grosse sculpture, ainsi que les boucles d´oreilles, les mains et le torse.

Il n´y a pas réllement de choses liées à Bouddha. C´est dû à la culture chinoise. Il y a seulement les objets liés à Bodhisattva, car ils se ressuscitent et sony bénévoles, et on peut leur demander de l´aide. On ne peut en demander à Bouddha.

Les informations sur la collection de Pentti Wähäjärvi est incomplète. Le travail de Wai Lwin Moe a été d´identifier les objets et leur âge.

Maintenant que l´examination est faite, une exposition sous vitrine est prévue pour juin. Il y aura des explications sur l´histoire et la réalisation des articles en question:

”-Je veux suivre l´histoire et relier la Chine ancestrale de milliers d´années auparavant, à la Chine actuelle”, dit Wai Lwin Moe. S´occuper des oeuvres en les examinant, a été pour Wai Lwin Moe un retour vers le passé, car étant petite déjà elle était fascinée par l´Asie et y est restée une bonne partie de sa vie:

”-Les articles sont beaux, avec tous leurs petits détails. De plus, en Chine tout est fait par des artisans, et non des artistes. Les critères de beauté ont changé selon l´évolution des dynasties. C´est ce qui permet d´évaluer l´âge de l´objet.”

Kommentointi on suljettu.

css.php