Le porte-parole de l´art urbain

Traduit de l´article de Susanna Lähdekorpi (”Katutaiteen vannoutunut puolestapuhuja”)

 

 

 

 

 

Image result for photo de juuso Suuronen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L´Art urbain à la Maison Arx du Verkatehdas, le 1er mai, de 11h à 16h.

 

 

 

Juuso Suuronen vient au Centre Culturel des Jeunes, Arx,pour
présenter ce dont il a toujours rêvé.
– Il souhaite contribuer à la culture des jeunes,par une mise en oeuvre personnelle.

 
On n´aurait pu imaginer qu´être un simple stagiaire dans la branche culturelle de Arx de l´automne 2014, ouvrirait deux ans après à Juuso Suuronen, les portes du Centre Culturel des Jeunes. Le rêve s´est concrétisé en octobre dernier,lorsque le poste de producteur technique s´est libéré au sein de la branche culturelle. Suuronen a ”mis un pied dedans” et est resté six mois grâce à l´aide de son prédecesseur Erno Liukkosen. Il a été également l´organisateur d´un espace jeunesse lors d´un évènement pop-up au centre commercial Goodman:
”-Il fallait créer un bon endroit pour les jeunes,”sourit Suuronen,satisfait.
Juuso Suuronen a commencé à se lancer dans le graffiti et le djing en 2005.Et trois ans plus tard, il a fait la même chose dans un bar de Jyväskylä, avec des amis:
”- On avait les mains libres au sous-sol du Lutako.On faisait tourner bénévolement de la musique dans un café, et on y organisait des ateliers de graffitis et de djing,”explique Suuronen. Avant le Luutako,tout est parti par hasard:
”- On organisait au gymnase de Vaajakoski des sound systems,et vendait tous nos 300 billets en deux heures. On est resté sur cette ligne. On a décidé de participer à des évènements, et un peu partout on organisait des manifestations de street-dance,comme à Jyväskylän Kesän (L´Ete à Jyväskylä).”
Suuronen s´est lancé activement dans le graffiti en 2010.Il avoue que c´est un autodidacte, et que le dessin s´est développé en observant les amis et le net:
”- Au début c´était juste un passe-temps, et je m´entrainais derrière les murs des bengalows. Le progrès s´est quand même fait,explique Suuronen,et on le voit sur deux murs à Hämeenlinna: du côté de Vanajantie, et le mur du musée d´art moderne de Vanajantie.”
Dans la ville, il y a juste deux endroits où il est permis de faire des graffitis:
du coté de Citymarket de Hämeensaari, le mur du terrain de skate,près de l´autoroute, et du coté du terrain de sport de l´école de Ahvenisto:
”- Le mur de Hämeensaari est vraiment, très utilisé. Les graffitis changent le printemps et l´été”,  explique Suuronen. Il aimerait que Hämeenlinna devienne plus internationale dans ce domaine. Mais celà exige une politique plus détendue:
”- Il y a ici, tellement de maisons en finition, tellement de béton, qu ´il faudrait y mettre de la couleur.  Ce serait une facon si simple de donner une autre image à la rue. J´ai même envoyé par mail cette proposition.”

Le producteur technique de Arx Juuso Suuronen, maintient un groupe de street-dance et également un atelier de danse,une fois par semaines,dans la salle de Keinusali de Arx:

”- J´essaie de lever la culture de danse urbaine, dans la ville, et de faire découvrir l´atelier graffiti, en commencant par la visite de l´exposition Artsi & HML,au musée d´art moderne, ensuite on part préparer un travail en commun”.

Le 1er mai, Suuronen et les jeunes intéressés par l´art urbain, vont pouvoir participer à une démonstration. 

A l´extérieur, on peut s´essayer à la peinture de rue, et à l´intérieur,on peut aprendre les bases du break. Le projet est de tenir un atelier Dj l´automne prochain. Suuronen attend que les jeunes se lancent et prennent contact avec lui pour cette occasion:

”- Je suis excité à l´idée d´aider à trouver des lieux, les permissions nécessaires, et à se faire entendre… Ce n´est pas important si ca ne marche pas, tant qu´il y a de l´asphalte dans les environs, et des prises électriques.”

Kommentointi on suljettu.

css.php